How TM Changed my Life Fr

Après une enfance difficile et des événements tragiques qui m’ont traumatisée, j’ai vécu des décennies d’anxiété et de trouble panique. Mon style de vie était stressant et entraînait des réactions de panique constantes qui me rendaient suicidaire la nuit et déprimée le matin pendant des années.

Je sentais que rien ne pouvait m’aider. J’avais essayé tellement de thérapies : le Cri primal de Arthur Janov, la psychanalyse traditionnelle pendant deux ans, la psychothérapie avec plusieurs thérapeutes, le counseling, la thérapie du travail social, et j’ai fait plusieurs mauvais mariages, pensant qu’être une bonne épouse et une bonne mère réglerait tout.

Pourtant, rien ne parvenait à empêcher les peurs constantes qui me traversaient l’esprit, les pensées suicidaires impulsives qui me terrifiaient. On m’avait prescrit un traitement par Paxil pendant un an, une année au cours de laquelle je ne ressentais rien. Je n’étais donc plus rien. J’avais commencé à accepter le fait que je passerais le reste de ma vie à paniquer la nuit, à dormir avec un œil ouvert, et à me réveiller épuisée et déprimée.

Un jour, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a recommandé la MT. À cette époque, un prédateur financier m’avait ruinée et il me restait très peu d’argent, et encore moins pour payer pour quelque chose d’aussi intangible qu’un cours de MT. Un soir, Michèle Beausoleil m’a rappelée pour me demander comment j’allais et j’ai su que le moment était venu. J’ai pris des dispositions pour financer mon cours sur plusieurs mois puis j’ai commencé le voyage le plus authentique de ma vie, un cheminement vers l’intérieur où j’ai trouvé ce qui me manquait depuis si longtemps.

J’ai commencé à méditer avec Michèle, mon instructrice, et tout a commencé à avoir un sens. J’étais tellement déstabilisée par les choses autour de moi qui m’agressaient dans ma vie déjà instable, et les traumatismes et le stress me rendaient si malheureuse que je ne pouvais trouver la paix nulle part. Soudain, j’ai été présentée à une personne que je n’avais jamais rencontrée.

Il y avait un moi intérieur qui m’attendait ce jour-là. J’ai commencé à méditer régulièrement et même à trois heures du matin, au lieu de paniquer, je me réjouissais de pouvoir m’asseoir tranquillement et, avec mon mantra et une couette confortable en coton dont je m’entourais, j’ai pu trouver ce qui m’avait échappé depuis le début. C’était là tout ce temps, mais je ne l’avais jamais su.

Il existe une place à l’intérieur de votre centre, votre âme, votre personne, un endroit que personne d’autre ne peut être. C’était cette capacité à être seule, à m’offrir le cadeau d’une solitude saine, et la récompense fut que j’étais capable de faire taire mon esprit, alors que mes inquiétudes et mes peurs venaient à la porte, mais ne restaient pas. Tandis que je répétais calmement mon mantra, le début du mot se fondait dans sa fin et la fin du mot se fondait dans son début, et soudain le mot se mit à s’écouler sans fin m’emportant avec lui, loin du bruit extérieur qui m’affectait tant.

Au début, j’ai trouvé un calme qui m’entourait, qui me permettait de me sentir plus reposée que je ne l’avais été depuis longtemps. Puis j’ai commencé à jouir de la sérénité que m’apportait le fait de me reposer pendant mes vingt minutes seule avec moi-même, seule pour comprendre la différence entre qui je suis et ce que je ne suis pas. Je ne suis pas les problèmes, le stress, les rêves non réalisés et les devoirs accumulés hors de mon cœur. Je suis un potentiel, sans fin, sans commencement, juste un potentiel sans fin. Le chaos s’est arrêté.

La peur et l’anxiété que les pilules avaient masquées ont soudain pris leur place à l’extérieur de mon périmètre. J’ai soudain compris les limites. J’ai fidèlement pratiqué mon modèle d’affaires de MT deux fois par jour pendant vingt minutes. C’était ma priorité, ce qui m’a permis de retrouver un fond calme à partir duquel je pouvais reprendre le moi quotidien qui vivait à l’extérieur, là où mon travail, ma famille, mes animaux de compagnie et mes obligations se disputaient mon temps et me privaient de paix.

Un jour, alors que j’étais assise à l’hôpital au chevet d’un ami qui avait subi une opération à cœur ouvert, j’ai pris le temps de méditer en attendant qu’il se réveille. Et c’est arrivé. J’ai transcendé. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait, et je ne savais pas ce qui se passait jusqu’à ce que ce soit fini. J’avais atterri dans un espace intérieur qui était si sacré. J’étais moi, heureuse de me rencontrer. Ce n’est qu’après mon retour vers le monde extérieur et vers le moi extérieur que j’ai compris pourquoi tant de gens ne juraient que par la MT.

Je pouvais maintenant compter sur moi-même pour arrêter le bruit, faire taire les peurs et prendre le temps dont j’avais tant besoin, deux fois par jour, juste pour me donner la perspective nécessaire pour réaliser que le chaos n’était pas en moi, mais à l’extérieur de moi, et que je pouvais trouver un moyen de redémarrer à un niveau de bruit et de distraction amoindri.

Toutes les exigences et les contraintes sont devenues plus faciles à gérer, car je me rétablissais deux fois par jour, et je devenais alors ma priorité. La confiance que je trouvais en moi, l’assurance que je ressentais maintenant dans ma capacité à affronter mes journées et mes nuits sans médicaments ni autres dépendances, eh bien, c’était inestimable. Là où j’étais auparavant colérique, bruyante et dure, j’ai trouvé qu’en réalité, je pouvais être une personne calme et convaincante sans avoir besoin d’adopter une position défensive. Je suis devenue une meilleure version de moi-même.

J’ai compris que nous étions tous des potentiels qui s’étaient développés ou qui étaient encore en développement. J’ai commencé à reconnaître ces gens qui évoluaient, comme moi. Mon évolution était interne, privée et personnelle. Cependant, je ne pouvais pas le cacher à ma famille et à mes amis. Le mot qu’ils ont utilisé pour me décrire était « calme ». J’ai souri à moi-même et j’ai senti la récompense d’un véritable accomplissement personnel. J’avais réussi à gérer les conditions qui me limitaient et à en utiliser une qui me procurait un avantage. L’avantage de savoir où me trouver et d’être vraiment seule loin de tout ce qui me pressait. L’avantage de la MT.

La vérité, c’est que je ne pense pas que je pourrais être cette autre personne à nouveau, même si je le voulais. C’est un changement irréversible. C’est une connaissance permanente qui ne peut être annulée. Il n’y a pas de meilleure façon de le décrire que d’appeler cela le don de la tranquillité cachée. Je m’empêche de penser à ce qu’aurait été ma vie si j’avais commencé la MT il y a plusieurs décennies. Je ne peux affecter qu’aujourd’hui, maintenant, et continuer sur cette nouvelle voie et trouver mon chemin vers un avenir dans lequel je suis capable de m’abandonner à un certain calme et une certaine sérénité deux fois par jour, vingt minutes à la fois. Mon temps pour moi. Le stress et la dépression qui étaient tel un éléphant assis dans la pièce sont devenus un éléphant en chocolat que je mange, une bouchée à la fois. C’est un nouveau point de vue. Une vue à travers la MT qui est meilleure que le lever et le coucher du soleil. S’il le faut, je m’enferme dans une salle de bain au bureau pour méditer, ou je dis simplement à tout le monde que je vais prendre vingt minutes pour méditer. Personne n’y trouve à redire. Ils préfèrent tous le nouveau moi. Moi aussi.

Michelle Daines
Montréal, QC